Histoires d’amour et de transport

Partager

 

«Le transport public, c’est chiant, c’est pourquoi personne n’aime ça. On se retrouve pris avec une bande d’inconnus, dont l’un d’eux pourrait aussi bien être un tueur en série. Ouais…génial! C’est pour cette raison que les gens privilégient les transports individuels, parce qu’ils nous emmènent où l’on veut, quand on veut.» (N.D.L.R.) – Elon Musk

Cette citation vous rappelle-t-elle quelque chose? Si la réponse est non, laissez-nous vous mettre au parfum.

L’an dernier,  le magazine Wired a révélé au grand jour l’aversion maladroite d’Elon Muskpour les transports en commun. À l’instant où ses propos ont été rendus publics, la Twittosphère s’est déchaînée. Plusieurs milliers d’utilisateurs des transports en commun sont montés aux barricades et se sont portés à la défense de ce mode de transport urbain. De cette histoire est né #GreatThingsHappenOnTransit.

En tant que Sommet mondial de la mobilité durable, ces témoignages nous ont fait chaud au coeur. À tel point que nous avons décidé de partir à la recherche de quelques histoires de notre propre chef.

L’ATTAQUE DU CYCLISTE

C’était un soir d’été à Montréal, et Liane rentrait du restaurant avec son colocataire Fabrice. Alors qu’elle s’apprêtait à traverser la rue, un cycliste qui roulait à toute allure l’a évitée de justesse et, par le fait même, a évité une collision qui aurait pu très mal finir. Réalisant qu’il était passé à deux doigts d’une catastrophe, le cycliste s’est confondu en excuses et a insisté pour la raccompagner jusqu’à chez elle. Depuis, Liane et Mathis ne se sont pas quittés.

Amour d’antan, amour d’aujourd’hui

Pour témoigner leur amour, plusieurs couples s’achètent des bricoles. Souvent, il s’agit de fleurs ou de bijoux. D’autres font les choses différemment et achètent à leur âme-soeur… un autobus à impériale (double-decker bus)! C’est précisément ce qu’a fait Ken Morgan avec le bus rouge et blanc londonien dans lequel sa femme et lui se sont vus pour la première fois.

Ken et Shirley se sont rencontrés en 1956. À l’époque, Shirley conduisait des autobus en Angleterre, tandis que Ken bouclait un long voyage de Gloucester à Cardiff. Follement amoureux, Ken a quitté son poste dans les Forces de l’armée de l’air britanniques et est, lui aussi, devenu chauffeur de bus aux côtés de sa douce.

Dans une entrevue accordée à la BBC, Ken affirme que ces moments précieux passés ensemble derrière le volant sont «parmi les plus heureux de sa vie.» Était-ce une folie d’acheter cet autobus à impériale Guy Arab 1949? Pas du tout, croit-il, puisque c’était le modèle exact symbolisant ces belles années! Ce bijou sentimental a couté à Ken environ 15 000$, un bien petit prix à payer pour tous les souvenirs et la nostalgie que ce mastodonte sur roue a ravivés pour le couple.

Aujourd’hui, le bus est entreposé dans un musée du transport. Les deux tourtereaux ont travaillé de concert pour le maintenir dans son état original. Shirley porte encore fièrement son badge de conductrice, aussi fièrement, dit-elle, que sa bague de mariage.

La classe!

Bon… cette prochaine histoire d’amour n’en est pas exactement une, du moins, pas au sens traditionnel du terme, mais nous pensons qu’elle mérite d’être racontée. Rares sont les gens qui décident d’entamer la conversation dans les transports publics, car comme dirait Elon Musk, «l’un d’eux pourrait aussi bien être un tueur en série!»

Malgré cette peur irrationnelle de l’autre qui habite certains utilisateurs du transport en commun, deux étrangers ont choisi de faire fi de leurs réticences et d’échanger autour d’un verre de bulles. Une vidéojournaliste de la BBC, Colleen Hagerty, a capté par hasard ces moments précieux sur la ligne 6 du métro de New York. Si l’on en croit son récit, «l’homme à gauche aurait trouvé une bouteille sous son siège et aurait décidé de la partager.» Cet instant de générosité illustre bien le caractère exceptionnel du transport public… et rappelle aux utilisateurs du métro de New York de bien s’assurer qu’ils ont tous leurs effets personnels (même ceux laissés sous le banc!) avant de quitter le train.

VOUS VOUS ÊTES RENCONTRÉS… OÙ? 

En parcourant les témoignages de #GreatThingsHappenOnTransit, nous sommes tombés sur la réponse de Jeff Speck. Nous avons décidé de le contacter pour obtenir de plus amples informations sur cette histoire d’amour improbable, et les réponses que nous avons obtenues ont satisfait notre curiosité.

Jeff avait 40 ans lorsqu’il est déménagé de Miami à Washington DC pour un nouveau travail au National Endowment for the Arts. Celle qui allait devenir sa femme et lui-même attendaient tous deux le train MARC qui relie l’aéroport BWI au centre-ville de Washington.

Comment la conversation a-t-elle débuté? Eh bien, malgré sa gêne, Jeff s’est timidement approché d’elle, ne sachant pas trop comment engager la conversation avec une «étrangère.» Finalement, elle venait de l’Iowa et avait (a toujours) la conversation facile! Elle a parlé de la pleine lune, obnubilée par la beauté de celle-ci, et, à ce moment précis, un train Acela a filé tout près d’eux à 80 mph. Comme dirait Jeff, le moment était tellement parfait qu’il en a eu la chair de poule.

En avril, les deux tourtereaux célèbreront leur douzième anniversaire de mariage!

Vous avez une histoire à nous raconter?

Movin’On est à la recherche de contributeurs pour ses plateformes de leadership d’opinion, en anglais et en français. Écrivez-nous dès maintenant à contribution@movinon.co. Nous avons hâte de vous lire!

Pour un Grand Montréal durable, il faut parier sur le transport public