Imaginer la mobilité du futur comme un écosystème en pleine mutation

Par Olivier Sappin Vice-Président, Industrie des Transports et de la Mobilité, Dassault Systèmes

Partager

Imagining the future of mobility: an ecosystem in action

L’industrie des transports et de la mobilité ne peut désormais plus produire de simples véhicules, mais doit fournir des expériences personnalisées. En effet, les attentes des clients changent; les citoyens et les consommateurs ne sont plus à la recherche de produits ou de services mais d’expériences.

Nous sommes dans une phase de mutation vers l’économie de l’expérience, les consommateurs s’attendent à être dans un monde où ils utilisent de plus en plus la pointe de la technologie. C’est un vrai défi lorsque l’on sait que développer un nouveau véhicule et le lancer sur le marché prend entre 5 et 7 ans.

Pour fournir une expérience semblable à celle des smart phones, le mode de fonctionnement de l’industrie doit évoluer de manière drastique dans les domaines de : la conception produit, du design, de la production, du marketing, de la définition du portfolio des services et du service après-vente.

La question qui se pose est alors la suivante : Les véhicules étant des produits complexes, comment peut-on en créer le plus rapidement possible tout en étant innovant ?

Les solutions futures de la mobilité viendront d’une convergence de technologies de différentes industries: les transports, l’énergie ou encore les hautes technologies. Les entreprises ne peuvent plus créer une expérience liée à un véhicule sans utiliser une maquette virtuelle pour valider les concepts et le prototype. Le design, la simulation, la production et même le marketing dans un environnement virtuel sont essentiels pour permettre à des innovations de passer rapidement du stade de l’idéation au marché. Aucune entreprise ne peut se permettre de faire des prototypes couteux avec de longs délais, il faut être rapide pour faire face à la concurrence.

L’économie de l’expérience place le client au centre des préoccupations. Ce dernier doit être inclus à toutes les étapes du cycle de produit  afin de capitaliser sur ses données et permettre de fournir des expériences les plus personnalisables possibles. Pour cela les modèles d’affaires doivent évoluer et un nouvel écosystème émerge. La mobilité ne peut plus être confinée à la filière automobile mais doit être étendue aux autorités, au monde des affaires et surtout aux citoyens, créant ainsi un écosystème innovant qui invente de nouvelles solutions de transports. L’écosystème de la mobilité du futur va fournir des transports intermodaux homogènes qui seront plus rapides, moins chers, plus propres et plus sûrs qu’aujourd’hui, grâce aux nouvelles technologies qui alimentent cette révolution.

En réalité, la mobilité intelligente est une composante essentielle des villes intelligentes où tous les objets seront connectés. Les expériences seront le point de départ de toutes les innovations, non pas les objets ou la technologie.

Il faut penser que malgré la quantité d’innovations technologiques du siècle dernier, la voiture et la chaine de production qui les produisent n’ont pas évoluées de manière significative. Durant cette période la possession de voiture est devenue la norme dans les pays développés et toute la vie urbaine s’est développée autour de l’utilisation de la voiture.

Demain, les centres villes seront revitalisés, on va apprendre à se connecter aux autres grâce à d’autres moyens. Les villes devront faire en sorte de lutter contre les embouteillages, d’améliorer les modes de mobilité partagée, d’en réduire son coût et donc son prix pour les utilisateurs et d’accroître les services liés à la mobilité du futur et à la ville connectée.

L’urbanisme doit penser les infrastructures comme des services et mettre en place les bonnes mesures comme l’indice environnemental, la sécurité, la sureté, la croissance économique, la santé etc. Cela va devenir essentiel au vu de l’augmentation significative de la population urbaine et les mégapoles vont se faire concurrence pour attirer les talents et les organisations. La mobilité sera donc un élément clefs de compétitivité et de l’urbanisme du futur.

Les solutions pour faire face aux défis d’aujourd’hui nécessitent une plateforme intégrée qui encourage et supporte l’innovation tout en permettant la collaboration entre les villes, le monde des affaires et les citoyens. Les innovations dans l’Industrie des transports et de la mobilité vont changer non seulement la manière dont nous nous déplaçons mais aussi notre mode de vie. Le futur de la mobilité reposera sur les véhicules de toutes tailles et pour tous les usages qui peuvent se connecter avec leurs conducteurs et avec les autres éléments de leurs environnements.

Pour plus d’information sur les solutions de l’Industrie des Transports et de la Mobilité de Dassault Systèmes, merci de cliquer ici, ou pour toutes informations sur 3DEXPERIENCity® – Un environnement collaboratif en 3D où les données des capteurs et des systèmes de la ville sont fédérés dans une référence virtuelle qui bénéficie à tous- cliquer ici

À propos de l’auteur

Olivier SapinOlivier Sappin, Vice-President de l’industrie des Transports et de la Mobilité, travaille chez Dassault Systèmes (3DS) depuis 1995.

Détenteur d’une maîtrise en ingénierie mécanique, il a été nommé vice-président de la nouvelle division «Industrie des transports et de la mobilité» de DS en 2011, une unité qui offre des solutions sectorielles aux constructeurs automobiles (voitures, camions, autobus, trains, motos, courses) et aux fournisseurs pour les aider à créer de nouvelles expériences de mobilité pour leurs consommateurs.

Pour une mobilité à la hauteur des ambitions d’une métropole d’avenir